Abdou Moumouni: celui qui détient la connaissance

De nombreux Hommes de science ont irradié de leur savoir et de leur intelligence le continent africain. C’est au NIGER -ancienne colonie française devenue indépendante en 1960- que va voir le jour l’un des plus brillants scientifiques africains. Retraçons ensemble le fil de l’histoire d’Abdou Moumouni.

 Abdou Moumouni voit le jour en 1929 dans le village de Tessaoua. Après de brillantes études (notamment à l’école William Ponty du Sénégal), il part terminer sa formation universitaire en France. En 1956 son parcours universitaire atteint son apogée, à cette date il devient le premier africain agrégé de physique de l’Histoire. C’est à cette même époque qu’il se forge une conscience politique au sein de la puissante Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF), syndicat qui regroupe les futurs leaders du continent comme Mamadou Dia, Amadou Mahtar M’Bow, Joseph Ki Zerbo ou encore Henri lopez. Etudiant extrêmement brillant il va aussi être l’un des fers de lance de la contestation anti-coloniale. Désigné à de nombreuses reprises trésorier de la FEANF, il va aussi être le rédacteur du journal « les étudiants anti-colonialistes ».

 Son cursus universitaire achevé il rentre en Afrique, comme de nombreux militants de la FEANF, pour participer à l’émancipation du continent et mettre sa science au service du développement de son peuple. D’abord professeur, il enseignera au Sénégal, au Mali puis au Niger. Abdou Moumouni va surtout marquer son époque et sa génération grâce aux recherches qu’il va mener sur l’énergie solaire. Véritable précurseur de cette technique, il va œuvrer sa vie durant à promouvoir ce procédé afin d’assurer l’indépendance énergétique du continent. Il crée ainsi au Mali avec l’appui du président Modibo Kéita le Centre d’énergie solaire, puis au Niger l’Office nationale de l’énergie solaire (l’Onersol) avec l’appui des autorités nigériennes.

Sous l’impulsion du professeur Moumouni, l’Onersol va travailler à améliorer le quotidien des nigériens. Ainsi des pompes à eau, des cuisinières, des séchoirs et même des télévisions fonctionnant à l’énergie solaire vont être mis au point et commercialisés par l’Onersol. Véritables outils au service de son pays, toutes ces réalisations vont être développées et fabriquées localement. Mais la crise des matières premières, notamment la chute du cours de l’uranium, va priver le professeur Moumouni et l’Onersol des financements étatiques et ainsi briser le rêve solaire qu’avait commencé à réaliser Abdou Moumouni.

L’action du professeur est dans la droite ligne de son engagement au sein de la FEANF qui est celui de rendre l’Afrique forte et indépendante en ne comptant que sur ses propres ressources. Véritable visionnaire, en avance sur son temps, le professeur Moumouni a incontestablement marqué de son génie l’histoire du continent. Méconnu en dehors de son pays d’origine, le Niger, Abdou Moumouni est un exemple pour la jeunesse africaine en quête de solutions pour voir émerger le continent. Décédé en 1991, son œuvre est restée inachevée, elle attend patiemment d’être reprise et d’être enfin menée à son terme.

Que l’Afrique retienne le nom de ses héros

NJA

2 commentaires Ajoutez le votre

  1. Joli billet. Merci d’avoir pensé à mon compatriote. Il a bien marqué l’histoire de son pays. Mais comme on dit chez nous, les vrais hommes ne durent pas!

  2. Planet Energy dit :

    Un grand homme qui était dans le vrai. Bien dommage qu’il n’ai pu finaliser sont oeuvre 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *