« Unkown soldier »

Article : « Unkown soldier »
5 juin 2016

« Unkown soldier »

C’est le 13 avril 1978 que meurt Funmilayo Ransome Kuti, activiste féministe et militante nationaliste historique du Nigéria « mother of Africa », professeur et docteur honorifique, « Lioness of Lisabi ». Mère de Fela Kuti.

C’est le 13 avril 1978 au matin, que Funmilayo Kuti mourut, à 78 ans, après avoir été jetée du haut de la fenêtre du deuxième étage de sa propre maison.

Il fallait bien pour venir à bout d’une si grande Dame qu’on y mette la forme… La junte militaire qui pénétra Kalakuta, dans le seul but de massacrer et communément appelée « Armée Nigériane », su bien comment s’y prendre…

Alors la boucle était bouclée, le témoin définitivement passé. En s’éteignant ce 13 avril 1978, Funmilayo fit de son fils Fela, l’orphelin le plus dangereux du Nigeria ! De mère en fils, l’héritage de la lutte était transmis !

De ce petit cancre paresseux, adepte de musiques frivoles, avait émergé, au fil des voyages et des rencontres, un défenseur acharné des valeurs africaines, pourfendeur des aliénations coloniales et des assoiffées de pétrole Nigérian.

Il fallut l’exil aux Amériques, les cris des panthères noires, des jazzmen fous et la précarité des immigrés panafricains, pour transformer le conformiste Fela Ransome, petit produit de l’aristocratie yoruba, en Fela Anikulapo Kuti, créateur possédé de l’Afro Beat : un rythme diabolique gonflé de souffre craché au visage du président-traître, larbin des puissances coloniales et oppresseur Obasanjo !

Et voyez l’homme nouveau s’élever contre le pouvoir et l’armée nigériane toute entière, jeter aux ordures son costume trois pièces, épouser ses 90 danseuses en une grande cérémonie polygame et s’autoproclamer Président de la République de Kalakuta, État dans l’État, au cœur de la fourmilière Lagos !

Mais tout se paye. Bientôt se succédèrent les intimidations, les brimades, l’emprisonnement, la torture, le meurtre… Et quand Fela alla porter plainte à la justice Nigériane contre le Soldat qui avait balancé sa mère par la fenêtre du deuxième étage, qu’est-ce qu’on lui répondit ?

« Malheureusement nous ne pouvons donner suite à votre plainte, l’homme qui a fait ça n’est pas connu de l’armée Nigériane…C’est un Soldat inconnu !»

Cela fait maintenant 19 ans que Fela nous as quitté, mais sa musique, l’Afro Beat n’a rien perdu de sa virulence et, malheureusement de son actualité ! La lutte continue !

Music is the Weapon

 

Je suis Fela Anikulapo Kuti

Nous sommes Fela Anikulapo Kuti

Que l’Afrique retienne le nom de ses Héros

Yovovi

Partagez

Commentaires