Les échos du passé : Le royaume d’Abomey

Article : Les échos du passé : Le royaume d’Abomey
5 juillet 2016

Les échos du passé : Le royaume d’Abomey

Le temps est venu de rétablir notre vérité historique. Rappelons nous donc ensemble d’un des royaumes les plus puissants d’Afrique de l’ouest. Racontons avec fierté l’histoire du royaume d’Abomey.

Aussi longtemps que les lions n’auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur.

C’est à partir du XVIIème siècle que s’éleva sur une partie du Bénin actuelle le royaume d’Abomey. Voici comment surgit du bruissement de l’histoire ce puissant royaume : la dynastie d’Abomey a pour origine le royaume de TADO, royauté située sur la rive droite du fleuve Mono. Les anciens nous racontent que Tenou Guessou alors roi du TADO épousa une femme appelée Gbekpo, qui avait le pouvoir de se métamorphoser en panthère. De leur union naquit de nombreux descendants mais l’un d’eux appelé Adjahounto marqua de son empreinte le cours de l’histoire. A la mort de leur père Tenou Guessou, une querelle de succession divisa les fils du roi, Adjahounto n’eut d’autre choix que celui de quitter le royaume de son père. Il trouva alors refuge dans la région de Togo-Goussa où il fonda le royaume d’ALLADA.

Adjahounto eut trois fils mais à sa mort un conflit éclata entre ces derniers pour la succession au trône d’ALLADA. Pour régler le conflit les trois frères trouvèrent une solution de consensus. L’un d’eux prit la succession de son père sur le trône d’ALLADA. Le second prit la direction d’Adaché, fonda le royaume de Porto-Novo et prit le nom de Te-Agbanlin. Le troisième Do-Aklin partit vers le nord et créa le royaume d’Abomey. Mais c’est son petit fils Houegbadja qui fit du royaume d’Abomey un état fort et puissant.

Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens

L’organisation du royaume d’Abomey ne fut soumise à aucune influence externe. La société d’Abomey était rigoureusement hiérarchisée avec une structure politique fortement centralisée et composée de roturiers soumis à l’autorité royale. Pour administrer son royaume le roi s’entoura d’un Migan siégeant à sa droite et d’un Mehou siégeant à sa gauche tout deux remplissant les fonctions de premier ministre. En dessous du Migan et du Mehou on retrouve des ministres aux compétences bien définies comme le ministre des cultes (Aplogan), le ministre des finances, le chef de la police, le ministre chargé des problèmes fonciers (Tokpon) et par la suite un ministre des «blancs» (Yévognan).

Les femmes jouèrent un rôle important dans l’histoire de ce royaume. Au sein de la structure politique, des femmes étaient nommées par le roi afin qu’elles exercent un contrôle sur les activités des principaux dirigeants. Elles furent aussi à l’origine de nombreuses victoires militaires car c’est au royaume d’Abomey que fut créée la légendaire armée des amazones composée uniquement de femmes, la plupart vierges ou astreintes au célibat. Elles étaient lancées dans la bataille pendant les moments difficiles pour faire fléchir les dieux du combat. Les troupes poppo qu’elles vainquirent se souviennent encore de leur bravoure et de leur puissance… Fort de cette organisation rigoureuse et efficace le royaume d’Abomey va connaître une croissance sous l’impulsion des successeurs d’Houegbadja qui ne cesseront de faire croître ses frontières. En 1724 Abomey annexa le royaume d’ALLADA et en 1727 OUIDAH, suite à ces annexions le royaume prit alors le nom de Dahomey.

C’est au bout de la vieille corde qu’on tisse la nouvelle.

En 1818 une étoile accéda au trône du Dahomey… A cette date le prince Ghézo fut couronné roi du Dahomey et choisi pour devise la tirade suivante : « la jarre contient l’eau qui donnera au pays le bonheur. Si tous les enfants venaient par leurs doigts assemblés à en boucher les trous, l’eau de ne coulerait plus et le pays serait sauvé ».

Durant son règne il rétablit la paix civile, s’employa à raffermir l’administration en épurant la bureaucratie royale, rationalisa la collecte des impôts et mit en place des statistiques démographiques. Sous ses ordres, son ministre de l’agriculture imposa aux villages des plantations obligatoires et encouragea la vulgarisation et la production de nouvelles cultures vivrières provenant d’Amérique (ex manioc). Il favorisa également le commerce de l’huile de palme qui participa à l’essor économique de l’Etat. Ghézo se révéla être un grand économiste.

Sur le plan militaire il rationalisa l’organisation des contingents, modernisa les équipements de son armée et donna une place encore plus importante aux amazones. Véritable génie militaire, il remporta de nombreuses victoires notamment contre les yoroubas du royaume d’Oyo. Homme érudit et curieux, il encourageait les arts au sein de la cour et portait un intérêt particulier aux cultures étrangères. Après 40 années d’un règne éclairé Ghézo rejoignit la constellation des grandes étoiles africaines…

 Le buffle puissant traverse le pays et rien ne peut l’arrêter ou s’opposer à lui

 Mais en 1892 après une résistance farouche des descendants de Ghézo, le royaume du Dahomey tomba aux mains des voleurs de terres.

Mais la sagesse africaine nous enseigne que L’éléphant meurt, mais ses défenses demeurent.

Je suis Ghézo

Nous sommes le Dahomey

Que l’Afrique retienne le nom de ses Héros

NJA

Partagez

Commentaires

Alli
Répondre

Génial un petit retour en arrière sur les cours à l 'école nationale avec encore plus de détails. Merci Joel

Toure Gnekan
Répondre

Merc MR pour votre aide.vous contribué a la survie de l'histoire africaine.merci